Dans quels cas faire racheter son crédit par une autre banque ?

Le rachat d’un prêt est une opération qui consiste à faire refinancer son crédit par  une autre banque dans de meilleures conditions afin d’y trouver un gain. Le gain recherché peut-être la diminution de la mensualité tout en conservant une durée de remboursement égale ou alors conserver la même mensualité mais réduire la durée restante de l’emprunt. Cependant, pour réellement profiter d’une telle procédure, il est essentiel de respecter certaines conditions. Découvrez-les ici.

Sommaire

Avoir un capital restant dû substantiel

renégociation créditLe capital restant dû fait partie des premiers paramètres que vous devez analyser avant de renégocier votre crédit immobilier. Pour vous assurer que la procédure sera vraiment efficace et vous permettra de faire des économies importantes, le montant restant de votre dette doit s’élever à au moins 70 000 euros.
En deçà de ce montant, vous ne tirerez pas un véritable intérêt à renégocier votre emprunt, car les frais engendrés par l’opération ne pourront pas être couverts avec les économies réalisées. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est recommandé d’entamer la procédure pendant la première moitié ou le premier tiers de la vie de votre crédit. C’est à ce moment que la part des intérêts pour chaque échéance est encore importante.
En outre, pour avoir une idée précise du niveau de remboursement de votre emprunt, vous pouvez consulter le tableau d’amortissement. Ce document est fourni par l’organisme prêteur au moment de la signature du contrat. En le consultant, vous saurez combien il vous reste à rembourser et si une renégociation de votre crédit immobilier est intéressante.
Toutefois, vous devez garder à l’esprit que les organismes prêteurs n’ont aucun intérêt à réaménager votre emprunt. Pour eux en effet, accepter cette demande serait synonyme de renoncer à leur marge. Il est donc évident qu’ils ne peuvent pas accorder ce privilège à n’importe quel client. Cependant, si cela vous semble plus bénéfique, vous pouvez vous tourner vers l’offre des banques en ligne. Ces organismes sont réputés pour pratiquer des taux plus compétitifs que les structures traditionnelles.

Comparez les offres des fournisseurs d’électricité et de gaz
Vous déménagez bientôt ? Pensez à souscrire votre contrat pour votre nouveau logement !
Service comparaison rapide au 📞 09 72 13 20 80 (prix d’un appel local)

S’assurer d’un écart important entre les taux

Pour être sûr de réellement faire des économies avec la renégociation, il doit y avoir une différence significative entre l’ancien et le nouveau taux. Celui-ci doit être inférieur au pourcentage initial d’au moins un point. Avec cette marge de sécurité, vous pourrez compenser les frais que va engendrer l’opération.
La procédure peut vous coûter jusqu’à 4,5 % de votre capital restant dû. Toutefois, pour un crédit immobilier d’au moins 300 000 euros sur une durée de plus de vingt ans, une différence de 0,7 point entre les deux taux suffit largement. Par exemple, supposons que vous avez contracté un prêt sur vingt ans au cours du premier semestre de 2012 à un taux entre 4 % et 4,3 %. Avec un écart d’environ un point, vous pourrez réaliser près de 20 000 euros d’économie.

Vérifier que les frais annexes ne sont pas trop conséquents

Le rachat de son crédit immobilier implique l’application de frais supplémentaire. Lorsque vous soldez votre emprunt, vous devez vous acquitter des frais de dossier et des pénalités de remboursement anticipé. Celles-ci représentent 3 % du reste de votre dette plafonnée à 6 mois d’intérêts.
Néanmoins, il existe certaines situations pour lesquelles les pénalités peuvent être annulées. Par ailleurs, il peut également arriver que votre banque décide de ne pas vous facturer les frais de dossier. Tout va dépendre du nouveau taux négocié et des nouvelles modalités d’emprunt obtenues grâce à la renégociation. Dans le cas contraire, ces frais sont facturés à environ 1 % du capital à rembourser.  
En plus des indemnités de remboursement et des frais de dossier, il faut ajouter les frais de garantie du nouveau prêt (ex : hypothèque). La souscription à une nouvelle offre d’emprunt requiert une nouvelle garantie. De plus, les charges supplémentaires peuvent représenter jusqu’à 5 % de votre capital restant dû selon votre garantie.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.